Ce lundi, les élèves de l’école Mode Estah ont repris le chemin des salles de classe. De nouveaux étudiants, de nouveaux projets et une vision toujours renouvelée de la mode sont au programme. Le but de l'école est avant tout de permettre aux étudiants de réaliser leurs projets professionnels. Bien sûr, ces projets se construiront et s'éclairciront au fil des cours et au fil des rencontres. Ainsi, l'échange humain reste une valeur chère à l'école.  
Premier cours de Modélisme

Communiquer, analyser, et imaginer la mode de demain. 

Les formations s'organisent toujours entre théorie et terrain professionnel. Reconnue pour la qualité de son offre d'alternance, l'école s'engage à apporter des cours de qualité, toujours en lien avec les tendances et les grandes questions qui animent l'industrie de la mode. 

Le tournant numérique : ce n'est pas le futur, c'est notre présent. Les acteurs de la mode, sont tous confrontés à ces questions. Ainsi, le programme Fashion Business s'enrichit de cours en stratégies numériques, qui permettront aux étudiants d'être armés face à cette interrogation qui laisse l'industrie en suspend.  
L'impact du numérique change également les manières de concevoir les vêtements, de les consommer et de les communiquer. Construire un défilé, pose indéniablement la question de la place à accordé aux réseaux sociaux. En quelques secondes une image peut faire le tour du monde : soyons prêt ! 

Les grands événements de l'école 

Le défilé : toujours indispensable. Un moment important qui responsabilise les élèves. Une belle expérience que l'école reconduit chaque année. Les élèves de Fashion Business devront alors être en osmose avec leurs collègues Styliste-Designer pour mettre les travaux de chacun en valeur. 
 
Magazine We Made, Concours jeunes talents : des événements phares de l'école qui sont autant d'espaces pour promouvoir la créativité de chacun. 

La mode de demain se construit à plusieurs.  Au-delà des enseignements et des expériences en entreprise, l'école met un point d'honneur à la communication entre les élèves. C'est en partageant les projets qu'ils grandiront et se concrétiseront !

Pour suivre tous les événements importants de l'école, rendez-vous sur le blog qui fait également sa rentrée! 


Révéler vos talents, votre vision du luxe et de la mode.
Développer vos compétences, le tout dans une école à taille humaine.
Nous sommes impatients de vous connaitre et de trouver les moyens de vous faire connaître !
Bonne rentrée à Tous !



Pour rappel, l'école propose les parcours suivants : 


-Modéliste-Créateur (RNCP niveau II),
- Styliste-Designer (RNCP niveau II),
- Bachelor Communication & Stratégies numériques,
- Management de la Mode, du Design et du Luxe (RNCP niveau I). 








L'année scolaire 2017/2018 se conclut, et il est temps de jeter un oeil dans le rétroviseur, afin de mieux se projeter sur le chemin qu'il reste à accomplir. 
Le secteur du luxe n'a jamais été en si bonne santé, les métiers de la mode se diversifient et Mode Estah accueil de nouvelles recrues avec des rêves de carrières qui évoluent. À travers ses formations, ses concours et ses événements, l'école permet à toutes personnes intéressées par la mode de trouver sa voie et de s'exprimer. 
Retour sur des points forts:  


Défilés et magazines : des étudiants sur tout les fronts 




Composer un magazine, organiser un défilé : autant de pré-requis fondamentaux pour faire ses armes dans la sphère de la mode. Comme tous les ans, Mode Estah confit à ses étudiants le soin de réaliser le défilé de fin d'année. Au delà des heures de préparations, les élèves ont tous garder un souvenir ému de l'événement. En particulier l'instant ou tout les modèles du défilé effectuent un dernier passage sur le podium. Les spots se font plus doux, le public applaudi, et il est tant de venir saluer. De profiter : d'embrasser la gratification du travail accompli. 
Le sourire à la fin du défilé


Chez Mode Estah, apprendre à être satisfait de son travail est primordial. Un étudiant qui avance, c'est un étudiant qui prend le temps de regarder son parcours et sait en parler. Dans cette perspective, les présentations des travaux des élèves se déroulent dès la première année. 
Le magazine est également un moyen de réfléchir à la visibilité qu'il faut revêtir dans le milieu de la mode. Dans leur magazine, WE MADE, les étudiants questionnent le futur : la place de la mode dans l'éco-responsabilité et l'incorporation des nouvelles technologies dans la confection textile. Pour cela, les étudiants sortent des locaux. Ils sont allés à la rencontre d'entrepreneurs, et de créateurs comme Julien Fournié. 



Création, management : des étudiants qui s'accomplissent dans les plus belles entreprises

Le futur : parlons-en. Chez Mode Estah, il se prépare dès la première année. Dans le cadre de leurs stages et alternances, nos étudiants profitent de l'expertise de professionnels issus de grands groupes, tel que les Galeries Lafayette, Chloé, mais aussi de nouveaux venus dans l'industrie comme le magasin l'Exception. Si les alliances entre Mode Estah et le monde de l'entreprise sont un point fort, l'école ne dédaigne pas sur la qualité de son équipe de professeurs. Des entrepreneurs reconnus à l'instar de Sabrina Thomas Nelson, consultante dans les secteurs de la mode et du luxe. Elle a notamment permis aux étudiants de rencontrer Vulfran de Richoufftz, co-fondateur de la marque engagée Panafrica. 


Une nouvelle année forte en émotions et innovations s'achève. La passion pour la transmission et la maîtrise des problématiques professionnels, permettent à l'école de s’adapter à la fois aux attentes des nouvelles générations et celles des entreprises. 

Le plus chez Mode Estah : l'engament de l'école dans des valeurs humaines. Personne n'est laissé de côté, tout le monde trouve sa place : venez trouver la vôtre.




À Mode Estah, nous sommes toujours fiers de nos élèves et nous suivons ardemment leur évolution dans le monde professionnel. 
Marine Arnoul - ancienne élève de Mode Estah (promotion 2017) qui a créé sa propre marque, Martian Agency, et qui a eu l’occasion de participer à plusieurs concours et défilés – a accepté de répondre à nos questions concernant sa formation, son projet professionnel, ses expériences passées ainsi que ses ambitions à venir.


Marine lors de la Remise des diplômes
& ses créations lors du défilé de Mode Estah en décembre 2017.

-  Bonjour Marine, pourrais-tu nous parler brièvement de ton parcours à Mode Estah ?

Je suis arrivée à l’école en 2012, après avoir remporté le concours « Jeunes Talents » de Mode Estah. J’ai directement intégré la deuxième année Stylisme Modélisme, puis je me suis dirigée vers la formation Styliste Designer en alternance. J’ai par la suite enchaîné sur le Master 2 en Management de la Mode, du Design et du Luxe, toujours en alternance, afin de pouvoir bénéficier d’un encadrement pour créer ma marque. J’ai obtenu mon diplôme en décembre 2017, en tant que major de ma promotion.

Si tu devais revenir sur les formations Styliste Designer et Management de la Mode, du Design et du Luxe, quels enseignements ont été les plus précieux à tes yeux ?

J’ai beaucoup aimé la diversité des cours à Mode Estah. Les cours de dessin, de photographie, de joaillerie et d’histoire de la mode ont probablement été mes cours favoris, avec d’autres cours très techniques comme le SEO. À mes yeux, on apprend à faire bien plus que du stylisme : au travers des années, on apprend à concevoir une marque dans sa globalité : réalisation d’un plan de collection, fabrication des modèles, abord de l’aspect financier, mise en place d’un showroom, création d’un site internet, jusqu’à la communication de la marque… Je réalise aujourd’hui que cette approche très « ouverte » de l’enseignement est indispensable pour pouvoir s’adapter au monde du travail.

-  Comment s’est passée ton alternance au sein de Mode Estah ?

Le rythme a été très soutenu, je ne le cache pas. Le monde du travail est exigeant, il faut toujours donner le meilleur de soi-même. L’alternance a grandement facilité mon insertion dans le monde professionnel. En effet, c’est une expérience très recherchée par les employeurs, car l’organisation et la méthodologie sont de rigueur. Grâce à l’alternance, j’ai pu continuer de travailler, j’ai même trouvé un poste en tant que Costume Designer chez Ubisoft - un des plus grands éditeurs de jeux vidéo – tout en montant mon agence à côté.

-  D’où est née ton envie de créer ta propre marque ?

Je dirais que cette envie a toujours été là. Pour la petite anecdote, ça remonte au collège, en 5ème, avec une copine de classe on voulait créer une marque de mode… Je nous revois dessiner des logos dans les marges de nos copies doubles en cours de français. Le déclic s’est fait lors d’un road-trip en 2011, où j’ai réalisé l’importance de pouvoir m’exprimer librement sans être contrainte par une quelconque direction. Mon obstination à proposer ma propre vision artistique et mon approche expérimentale de la mode a fait naître le projet Martian Agency.

-  Comment y es-tu parvenue ?

L’envie d’expérimenter toujours plus loin les matériaux et les styles m’a poussée vers le costume, dit « cosplay », avec la création d’armures issues de jeux-vidéos. J’ai pu travailler en collaboration avec des éditeurs de jeux-vidéos comme Blizzard pour de l’évènementiel, être invitée à de nombreuses conventions en France et à l’étranger, et surtout rencontrer plein de passionnés aux compétences multiples avec qui je travaille encore aujourd’hui sur ma marque Martian Agency.

- Pourquoi as-tu orienté ton projet professionnel autour du thème des jeux vidéo et de l’univers de la science-fiction en général ?

Geek dans l’âme, je suis une grande admiratrice de tous les classiques de science-fiction, que ce soit dans la lecture, les films ou avec des artistes comme H.R Giger. Les jeux-vidéos sont aussi inhérents à mes inspirations, j’apprécie la richesse créative qui se cache derrière un jeu : l’histoire, les personnages, les costumes et l’immersion.

En créant Martian Agency, j’ai décidé de me concentrer sur ces univers afin de proposer des collections futuristes, utilisant des matériaux inattendus et des coupes très graphiques. J’aime créer une histoire avec mes vêtements que je mets en scène grâce à des clips vidéos, des shootings photos… Pour le tournage du clip de la dernière collection F/W 18-19 appelée NOMAD, nous sommes partis en Crête. Les décors étaient incroyables, ce qui a grandement participé au côté « Extra-Terrestre » que promeut la marque.

Montage « Making Of » du clip réalisé en Crête en mars 2018, dans le cadre de la collection NOMAD.

-  Quel est ton objectif à terme avec Martian Agency ?

Le terme « Agence » de Martian Agency illustre mon envie de pluridisciplinarité dans les projets et de transversalité entre mes collections de mode et de costumes. Mon objectif à terme étant de pouvoir proposer de la direction artistique et des créations de costumes uniques pour des shows, des personnalités et des projets audiovisuels – tout en enrichissant mes collections Femme et No-Gender, ainsi que la gamme d’accessoires imprimés en 3D.

Exemple d’accessoire, réalisé en impression 3D.

-  En 2017, tu as participé aux E-Fashion Awards, le concours dédié aux jeunes créateurs. Quel retour peux-tu nous en faire ? Comment l’as-tu vécu ?

Ce concours a été une sacrée expérience, et un vrai tremplin pour moi. Participer à un concours est un vrai « boost », que ce soit en termes de motivation, de challenge créatif et de visibilité. J’ai vécu ce concours comme une chance inouïe de pouvoir proposer mes créations. Il faut se lancer, essayer, se poser les bonnes questions, recommencer, persévérer... Ne jamais rien lâcher !

Avant le défilé, lors des E-FASHION AWARDS, en 2017.

Suite à ma participation aux E-Fashion Awards, j’ai été contactée pour participer à la Fashion Week de Vancouver, et j’ai même été sélectionnée au concours du World of Wearable Art en Nouvelle Zélande grâce à mes créations ! Je me suis retrouvée à devoir envoyer mes tenues à l’autre bout du monde par bateau…  Et je suis finaliste ! Mes créations seront portées lors d’un énorme show fin septembre en Nouvelle Zélande, accueillant près de 60 000 spectateurs sur une dizaine de jours, venant du milieu de la mode, du spectacle et du cinéma. Je suis donc conviée à la remise de prix et la cérémonie d’ouverture le 27 septembre à Wellington ! Je n’en reviens toujours pas… !

Photo prise sur le port de Rotterdam avec le colis prêt pour le concours du World of Wereable Art, direction La Nouvelle Zélande !

- Du 4 au 12 août prochains, Paris accueillera la 10ème édition des Gay Games, une grande manifestation sportive, culturelle et festive. Tes créations vont défiler pour l’occasion. Comment l’appréhendes-tu ?

Je suis très honorée de pouvoir présenter mes créations sur la place de l’Hôtel de Ville. C’est un peu comme un rêve de gosse qui se réalise. Aussi cliché qu’il n’y paraisse, l’histoire de la mode à Paris m’a toujours fait rêver, et pouvoir y faire mes études a été une aventure créative extrêmement enrichissante pour moi. De toute évidence, c’est un challenge énorme, une pression importante et une organisation qui se veut très rigoureuse, je dois absolument tout gérer et il y a de quoi faire ! Je tiens tout particulièrement à remercier Mode Estah pour cette opportunité incroyable !

-  Quels sont tes projets pour le futur ?

Ils sont nombreux… et variés !

Pour l’instant je continue l’aventure chez Ubisoft, en tant que Costume Designer sur le jeu vidéo Just Dance. Peu de gens savent comment ce jeu est réalisé. En effet, les costumes sont réels, fabriqués par une équipe de costumiers talentueux, et portés par de vrais danseurs, filmés lors de tournages sur fond vert. Au premier abord, les personnages peuvent paraître farfelus car très colorés, mais en y regardant de plus près, chaque détail compte. Je me retrouve à faire le même travail qu’une styliste : à décortiquer les tendances, dessiner des vêtements, détailler les motifs, la fabrication… Mais je les pense sous forme de silhouette ! Je crée des personnages de la tête aux pieds avec un style spécifique, une histoire, et avec une personnalité bien à eux.

Apparition des designs de costume de Marine pour Just Dance 2018 dans le clip de Katy Perry, Swish Swish.

-  Où peut-on te retrouver ?

Je vais participer à davantage de concours pour promouvoir Martian Agency au maximum et continuer les collaborations de costume. A l’avenir, j’espère pouvoir continuer l’aventure Martian Agency avec davantage de moyens : avoir une équipe de développement avec un studio de création serait un rêve !

J’ai la chance de pouvoir à nouveau participer aux E-Fashion Awards le 12 septembre prochain. Le thème est très inspirant et s’accorde parfaitement avec mes envies pour ma prochaine collection S/S 19 Martian Agency. Mais je n’en dis pas plus, surprise !

J’ai par ailleurs été sélectionnée pour exposer en tant que créateur indépendant au salon des Métiers d’Art et de Création au Carrousel du Louvre du 6 au 9 décembre. Je n’ai encore jamais fait un salon de cette envergure, je suis super contente !

Je vais continuer le freelance à côté. Je dessine actuellement les collections et les motifs de la marque Mina Storm. C’est une jeune marque de lingerie super confort et adorable pour adolescentes et jeunes femmes. L’esprit de la marque se veut pétillant, joyeux, ami de la nature et des animaux… J’adore !
Je commence désormais à faire occasionnellement du consulting pour des jeunes marques de créateurs (création de logo, charte graphique, consulting, positionnement…). C’est une autre approche de la création, mais toute aussi intéressante.

J’ai publié le premier roman d’une longue Saga à venir que j’avais écrit il y a dix ans… Mon premier roman est disponible sur Amazon, en auto édition. Le prochain tome sortira en septembre. En attendant, je continue de créer des histoires et des storyboards pour les prochains clips de mes collections à venir…


Merci Marine d’avoir répondu à nos questions. Toute l’équipe de Mode Estah est derrière toi et te souhaite bonne chance pour la suite !

Pour en découvrir plus sur son travail :



Imprimantes 3-D, fibres textiles connectées : les nouvelles technologies ont fait leur entrée dans l'industrie de la mode et du luxe. Souvent, ce sont les évolutions en ce qui concerne les techniques de fabrication textile qui sont mise sur le devant de la scène. Pourtant, ce sont à toutes les étapes de la chaîne de l'industrie de la mode que les changements interviennent. La technologie transforme les compétences professionnelles : dans le secteur de la communication, les compétences doivent évoluer au fil des algorithmes. Afin de former des étudiants capables d'appréhender les innovations, Mode Estah propose un Bachelor Communication et Stratégies numériques à la pointe des nouvelles attentes.  


Le magazine créé par le étudiants en Fashion Business : un canal de communication 

Quelques enjeux pour les managers de demain

La tradition face au numérique

Comment exploiter les réseaux sociaux dans une stratégie de communication ? Une question qui s'impose à tous les étudiants en mode. Le secteur a largement investi l'espace offert par Instagram en raison de la prédominance de l'image. Jeux concours, liens sponsorisés, recommandations : autant de manières d'offrir de la visibilité à sa marque. L'enjeu pour les futurs managers n'est pas seulement de gérer toute la logistique liée à l'interface. Il doit, en amont, être capable de penser à une stratégie où l'interface devient un prolongement naturel de la marque qu'il représente. Si un écart avec l' ADN de la marque se fait sentir, les clients traditionnels risquent de ne plus comprendre la marque.
Ainsi, Mode Estah couple à son enseignement sur le digital une solide culture sur la mode et son histoire. 

L'ouverture des publics

L'histoire de la mode se fait devant nos yeux. Dans un contexte mondialisé, les frontières s'abolissent et les images circulent plus librement. Selon Nadège Winter, fondatrice du média Twenty, les 18-25 ans (soit les Millenials) auraient "2 secondes" d'attention par image.
Comment capter l'attention ? Une des questions auxquelles l'étudiant devra se confronter.
Autre point : comment une marque peut développer une même ligne éditoriale alors qu'elle est confrontée à des consommateurs aux profils de plus en plus variés. La récupération de données sur Internet permet d'être plus à l'écoute des envies et des besoins des clients. Cela permet d'adapter et de cibler l'offre. Au futur manager de mesurer l'utilisation des données dans leurs stratégies.


L'évolution de l'expérience client 

Dans l'univers digital, l'expérience échappe au temps et à l'espace. Depuis n'importe quelle ville et à n'importe quelle heure, chacun peut passer commande.
L'instantanéité rendue possible par certaines marques de retail a des conséquences sur la conception des boutiques. Si certains annoncent la fin des vendeurs et des espaces physiques de consommation, doit-on vraiment signer l'arrêt de mort de la boutique ?

Drive to store ou magasin 
Clients internet ou expérience boutique
Le gens achètent-ils sur Instagram ?
Les influenceurs vont-ils être remplacés par des algorithmes ? 
Shooting We Made 2016 : Mannequins animés et inanimés 

Autant de questions que les étudiants devront se poser. Autant d'éléments sur lesquels il faut être critique. Au cœur de Paris, entourée de professionnels alertes sur ces questions, Mode Estah forme des étudiants réactifs sur les enjeux actuels. Pour être un manager hautement qualifié, il faut au préalable bénéficier d'une expérience étudiante à la pointe. C'est ce à quoi l'école travaille sans relâche

Une nouvelle semaine de Haute-couture s'achève à Paris, ouvrant avec elle de nombreuses perspectives pour l'avenir de la création. Nouveaux matériaux, prouesses techniques, intégration du numérique, du Business et du Management, et mise en valeur des savoirs-faire traditionnels : un subtil alliage du passé et de l'avenir rythme les collections. Deux grandes filières se dégagent à Mode Estah, couvrant ainsi l'ensemble de la sphère d'influence du secteur Mode : la filière Design & Création et la filière Fashion Business. La filière Design & création prépare ses étudiants pour qu'ils s'adaptent au renouvellement constant des techniques et qu'ils puissent proposer des manières de réactualiser les traditions de la couture.

Un point sur les essentiels de la Filière Design Création au travers des tendances de la Haute-couture. 


 Inspiration : l'alliage nature et technique dans le travail D'Iris Van Herpen

Lors de cette Fashion Week, la créatrice Iris Van Herpen explore la relation entre technique et nature. La technologie est perçue comme un prolongement de la race humaine. Omniprésente, elle occupe et rythme nos quotidiens. Elle change l'expérience des créateurs, mais aussi des consommateurs de vêtements, sans pour autant se déconnecter des valeurs de la couture. Cette alliance est mise en avant dans le travail d'Iris Van Herpen. Au niveau textile, la créatrice propose un organza de soie transparent, plissé et enduit de liquide. 

Alors qu'ils présentaient leurs travaux, il était inévitable de noter la modernité des créations des élèves, qui n'ont pas hésité à combiner des tissus nobles avec des matières plus modernes.


Travaux deuxième année Mode Estah


Lors du défilé, l'innovation était également au coeur des travaux des étudiants, que ce soit au niveau des techniques ou de l'esthétique des silhouettes.





 Defilé Mode Estah, décembre 2017 

Inspiration : Quand Fendi redéfinit son image de marque

Pour sa dernière présentation, la maison Fendi change de nom. La maison de fourrure devient Fendi COUTURE. Un changement qui informe des nouvelles préoccupations qui animent les consommateurs du luxe. La protection animale, l'écologie... Le public du luxe s'est mondialisé, ainsi les sensibilités culturelles de chaque pays deviennent déterminantes pour ne pas créer des vêtements inadaptés. Consciente du changement de la donne internationale, l'école Mode Estah a su adapter son enseignement à la globalisation du marché : les élèves sont sensibilisés aux enjeux actuels du luxe. 




Apprendre la création, le design ?
Chaque maison possède ses propres tactiques pour intégrer les nouvelles préoccupations des consommateurs à son ADN. Pour pleinement donner sens à cela, Mode Estah choisit de plonger ses élèves en entreprise : par des stages ou de l'alternance, et en créant un programme de cours qui offrent de clés concrètes pour le travail en entreprise. L'école a été conçue comme un véritable microcosme de l'entreprise de mode, au sein duquel les étudiants des différentes filières, dans le cadre de leurs projets professionnels, peuvent expérimenter en temps réel la synergie de leurs compétences comme sur le marché du travail.

Les filières Design & création et Fashion business de l'école évoluent : elles ne se contentent pas d'une définition passéiste de la couture et ouvrent les étudiants vers de nouvelles perspectives. 


Manon Renault
Journaliste mode

Fourni par Blogger.